Frédéric « Du cri à la voix »

Frédéric Bourlez est responsable thérapeutique à « la Porte Ouverte » à Blicquy 

En juillet 2017, à Bruxelles lors du congrès de PIPOL 8 sur « La clinique hors les normes », j’ai entendu Frédéric parler d’un jeune homme à qui la cinéaste Clémence Hébert a consacré un film-documentaire KEV. Suite à cette présentation, j’ai souhaité l’interviewer.

Dans cette vidéo, il retrace son parcours où la mise en oeuvre de projets artistiques en institution est essentielle.

Voici l’article écrit par Frédéric Bourlez sur son travail : 

20 ans de projets artistiques en institution 

Et voici le lien vers une émission télévisée consacrée au projet de l’institution « La porte ouverte » :  « Coup de chapeau au projet BÔKAN » 

« Les cas qui ont compté pour nous, on ne les oubliera jamais. Ils ont déposé en nous, dans notre pratique quelque chose qui nous a profondément modifié dans notre abord du réel et de l’autre. »

Alexandra « Entendre la langue de l’autre »

Alexandra est psychologue en psychiatrie secteur adultes.

Après avoir montré comment sa psychanalyse l’a conduite du théâtre où elle disait  « les mots des autres » vers la possibilité d’« habiter (ses) propres mots » …

… elle déplie très concrètement ce qui s’est passé pour elle lors d’une séance de 

contrôle analytique

où elle parlait d’une patiente avec laquelle le travail devenait difficile, mettant ainsi en valeur ce qui a opéré.

Brigitte « Aller vers le détail… se laisser surprendre »

« Ce que la psychanalyse m’a enseigné c’est qu’on ne sait jamais à la place de l’autre, on ne sait jamais mieux que lui. »

Dans cette vidéo, Brigitte, dit précisément comment sa psychanalyse l’a guidée dans sa pratique de psychologue auprès des enfants et des adolescents qu’elle rencontre en service éducatif ou en pédopsychiatrie.

Elle parle aussi du travail très inventif qu’elle a pu faire auprès des résidents d’une M.A.S. (Maison d’Accueil Spécialisée). 

«La psychanalyse m’a permis de rester très curieuse.»

« Faire une psychanalyse, c’est aller vers quelque chose qu’on ne connaît pas. »

Mariana Alba de Luna « Les ricochets du passé dans la scène professionnelle »

Mariana Alba de Luna a co-fondé avec Mireille Battut « La main à l’oreille », association de parents et d’amis de personnes autistes.

Dans cet interview, Mariana nous parle de son parcours très riche, de l’enseignement spécialisé, l’éducation spécialisée à la psychologie, puis la psychanalyse.  Elle montre comment s’est tissé pour elle le lien entre sa psychanalyse et sa vie professionnelle, notamment auprès d’enfants.

« Professionnellement, j’étais toujours intéressée de savoir comment dans un groupe on peut accueillir quelqu’un de différent. »

Guillaume « La voix libérée »

Guillaume Miant est psychologue en pédopsychiatrie.

Dans cet interview, il explique  comment sa psychanalyse et aussi le contrôle analytique lui ont permis non seulement de prendre la parole, ce dont il fait une position éthique : dans les réunions de travail «  il y a des choses à dire »,  mais aussi de faire entendre la parole des enfants. 

«S’il n’y avait pas eu la psychanalyse, il n’y aurait pas eu pratique professionnelle…»

 

Guillaume, dès 2017, est le premier à participer à mon projet de réaliser des interviews filmées sur ce que change la psychanalyse dans le rapport au travail. Il soutient mon initiative et m’apporte son aide précieuse en visionnant attentivement chaque vidéo. Sur la forme, il remarque toutes les coquilles, les à-coups, les problèmes de son… et sur le fond, nos échanges sont très constructifs.

De plus, il a composé quelques créations musicales qui accompagnent les vidéos. Ainsi dans l’interview hors-série d’Annie Stammler, vous pouvez entendre deux morceaux pour mandoline.