Anaëlle: « Adoucir l’effroi »

Anaëlle est éducatrice spécialisée auprès d’enfants en SESSAD et Art Thérapeute.

Dans cette vidéo, elle explique comment l’orientation de la psychanalyse lui a permis « un accompagnement au plus près de l’enfant, où on essaie de respecter ses centres d’intérêt et d’aller à son rythme à lui. » 

À signaler dans cette vidéo que le tableau, les terres cuites émaillées (photos ci-dessous) et les sculptures sont des œuvres d’Anaëlle Gillaizeau.

Et la musique est une création originale de Nicolas Suet, intitulée « Brume » (2017).

Vous pouvez retrouver Anaëlle dans une vidéo hors-série où elle présente « La BD rose de la psychanalyse » qu’elle a écrite et dessinée.

16 décembre 2017

Patrice « Mettre de la distance »

Patrice était présent à Paris le 26 mai dernier, invité par René Fiori et l’Association des Psychologues Freudiens. Il est informaticien. Son intervention a été publiée dans le quatrième opuscule édité par l’Association des psychologues freudiens : « Quelle place pour la parole dans la clinique d’aujourd’hui ?  » ,sous le titre :

L’entreprise managériale «La perte du sens au travail».

Dans l’interview ci-dessous, il explique concrètement comment dans le monde de l’entreprise où les contraintes professionnelles peuvent être sans limites, sa psychanalyse lui a permis un allègement certain et la possibilité de « mettre de la distance ».

« Je pense que la psychanalyse apporte ça aussi, la nuance ».

Patrice Cosson m’apporte assidûment son aide efficace dans ce projet de vidéos sur l’effet de la psychanalyse dans la vie professionnelle. Il a crée ce Blog, que je trouve à la fois simple et élégant, et m’apprend à l’utiliser !

Cécile « Transposer la colère »

Cécile est professeure des écoles en R.E.P. (Réseau d’Education Prioritaire)

en région parisienne. Dans cet interview, elle explique les effets de sa psychanalyse dans sa vie professionnelle.

Elle parle notamment d’une « une élève un peu particulière [qu’elle] n’arrivai[t] pas à raccrocher ». Or, son analyse lui a permis d’entendre et d’accepter l’étrange solution proposée par cette petite fille et de faire en sorte que les autres élèves de la classe tolèrent cette étrangeté.

Cécile explique comment lorientation de la psychanalyse lui a permis de

« trouver des petites billes pour que l’enfant puisse être bien en classe ».

Guillaume Miant « La voix libérée »

Guillaume Miant est psychologue en pédopsychiatrie.

Dans cet interview, il explique  comment sa psychanalyse et aussi le contrôle analytique lui ont permis non seulement de prendre la parole, ce dont il fait une position éthique : dans les réunions de travail «  il y a des choses à dire »,  mais aussi de faire entendre la parole des enfants. 

«S’il n’y avait pas eu la psychanalyse, il n’y aurait pas eu pratique professionnelle…»

Guillaume a participé à la rencontre intitulée l’AFTER des interviewés d’où est tiré le podcast : « Ne pas baisser les bras », où il est question des effets de l’orientation de la psychanalyse au regard du déclin actuel de la clinique psychiatrique dans les Établissements Publics de Santé Mentale. ÉCOUTER LE PODCAST

Guillaume, dès 2017, est le premier à participer à mon projet de réaliser des interviews filmées sur ce que change la psychanalyse dans le rapport au travail. Il soutient mon initiative et m’apporte son aide précieuse en visionnant attentivement chaque vidéo. Sur la forme, il remarque toutes les coquilles, les à-coups, les problèmes de son… et sur le fond, nos échanges sont très constructifs.

De plus, il a composé quelques créations musicales qui accompagnent les vidéos. Ainsi dans l’interview hors-série d’Annie Stammler, vous pouvez entendre deux morceaux pour mandoline. C’est lui aussi qui a composé la musique accompagnant la vidéo d’Anis Limami « S’enseigner avec la psychanalyse ».

%d blogueurs aiment cette page :